Fourier en quelques dates

7 avril 1772 : il naît à Besançon, dans le milieu de la bourgeoisie commerçante.

1781-1887 : il fait ses études au collège de Besançon.

1791 : il est mis en apprentissage chez un marchand de drap lyonnais.

1793 : marchand-importateur à Lyon, il participe à l’insurrection fédéraliste. Ses marchandises sont réquisitionnées, il est inquiété, il fuit la ville.

1794 : enrôlé dans les chasseurs à cheval (armée du Rhin), il gagne le Palatinat.

1797 : il envoie au Directoire un projet de réorganisation de l’armée.

1799 : il fait à Marseille, écrit-il plus tard, la « découverte » décisive, plan d’organisation sociale fondé sur un « calcul géométrique des attractions passionnelles ».

1800-1815 : il vit petitement à Lyon (quartier des Terreaux) et exerce la profession de commis-marchand ou de commis voyageur.

1803-1804 : le Bulletin de Lyon publie des articles de lui. L’un s’intitule
Lettre au Grand Juge, un autre Harmonie Universelle.

1808 : Théorie des quatre mouvements et des destinées générales.

1812 : à la mort de sa mère, il jouit d’une pension annuelle de 900 francs.

1815-1820 : il s’installe près de Belley (Ain) dans sa famille ; il se consacre à sa doctrine, écrit Le Nouveau Monde Amoureux (publié en 1967) et travaille à un grand traité.

1816 : une correspondance commence avec Just Muiron, fonctionnaire de préfecture à Besançon, premier disciple dévoué.

1822 : Traité de l’Association domestique-agricole.

1821 : il se fixe à Paris, qu’il ne quitte plus guère ensuite. Il y exerce la fonction d’employé et il continue à vivre petitement.

1829 : Le Nouveau monde industriel et sociétaire.

1830 : Victor Considerant signe dans Le Mercure de France le premier article consistant et solide jamais paru dans la presse parisienne sur la pensée de Fourier.

1831 : Pièges et charlatanisme des sectes Saint-Simon et Owen.

1831-1832 : plusieurs saint-simoniens de premier plan (Jules Lechevalier, Abel Transon) rejoignent les rangs de l’École sociétaire.

1832-1834 : parution de La Réforme industrielle ou Le Phalanstère, organe de l’École sociétaire.

1833-1834 : il observe de loin, puis dénonce la tentative de colonie phalanstérienne à Condé-sur-Vesgre (Seine-et-Oise).

1835-1836 : La Fausse Industrie.

1836 : naissance de La Phalange, nouvel organe de l’École sociétaire.

10 octobre 1837 : il meurt à Paris.

Thomas Bouchet
Maître de conférences en histoire à l’université de Bourgogne (Dijon) ; il préside l’Association d’études fouriéristes depuis 2002.